cacher / concealing

Numéro 32, Automne 2018

Ce numéro d’Intermédialités propose d’examiner la relation dynamique entre formes de dissimulation et formes de détection. Sa prémisse est que le domaine du caché, et la façon de (se) cacher, se construisent en synergie avec les manières de percevoir, d’interpréter, de juger et de capter propres à un contexte et à une époque donnée. La dissimulation est une stratégie répondant à de multiples besoins : protéger ce qui est sensible, conserver un avantage stratégique, duper, éviter la réprobation sociale ou les sanctions. Ainsi, les arts de la dissimulation évoluent en fonction de l’avancée des techniques, mais aussi en fonction de l’évolution des normes sociales et des rapports de pouvoir. Les contributions de ce numéro abordent les diverses logiques de la dissimulation du point de vue des médias numériques, des études culturelles, du cinéma, de la photographie et de la littérature. Certaines adoptent une perspective historique pour éclairer le développement de ces formes, tandis que d’autres s’attachent à élucider les logiques, les tensions et les paradoxes du monde contemporain.

lire sur érudit