Politique éditoriale

La revue publie deux numéros par an. Dirigé par un chercheur.se extérieur.e invité.e ou un membre du comité éditorial, chaque dossier thématique regroupe des contributions embrassant une diversité d’objets et une variété de disciplines, tout en encourageant une traversée historique et géographique.

Rubriques

La revue publie principalement des articles scientifiques proposant une discussion théorique autour du concept d’intermédialité ainsi que des études de cas à vertu heuristique. En dialogue avec ces contributions rattachées ou non à un dossier thématique, la rubrique « Recherche-création » accueille le travail d’auteurs s’appuyant sur la création pour mener leur recherche scientifique. Chaque numéro reçoit également, sous la rubrique « Artiste invité », la collaboration d’un ou de plusieurs artistes dont une œuvre ou une série d’œuvres inédites sont regroupées dans un dossier qui informe à la fois le sujet spécifique du numéro et les axes de réflexion de la revue. Par ailleurs, Intermédialités propose la rubrique « Contrepoints », qui ouvre un espace à des chercheurs ou créateurs pour réagir à un thème, un texte, un travail artistique, un document d’archives récemment publié dans la revue, sous forme écrite ou bien dans un supplément sonore coproduit par Intermédialités et la revue Circuit puis diffusé sur la web radio Globe Sonore.

Évaluation

Tous les articles de recherche et de recherche-création soumis à Intermédialités sont évalués en aveugle par au moins deux évaluateurs externes, choisis pour leur domaine d’expertise. Ils font aussi l’objet d’une lecture attentive d’au moins deux membres du comité de rédaction ou du comité international de la revue.

Pour les travaux de recherche, les critères d’évaluation de la revue portent sur :

  • l’intérêt et l’originalité du texte (contribution à la connaissance, originalité de l’approche, intérêt de la démarche) ;
  •  la méthodologie (cadre conceptuel, structure argumentative, cohérence méthodologique) ;
  • la recherche (qualité de la documentation primaire, connaissance de la littérature critique) ;
  • la qualité de la langue et du style (cohérence stylistique, syntaxe, structure globale).

Afin de prendre en compte les spécificités de la création comme recherche, Intermédialités a mis en place un protocole d’évaluation distinct pour les articles de recherche-création. Ceux-ci sont évalués anonymement par des experts – chercheurs et praticiens – puis font l’objet d’une lecture attentive d’au moins deux membres du comité de rédaction ou du comité international de la revue spécialisés en recherche-création.

Les critères d’évaluation pour la recherche-création concernent :

  • la qualité artistique/technique de la réalisation et/ou de la documentation ;
  • la méthodologie (clarté de la problématisation et adéquation de la démarche aux objectifs poursuivis) ;
  • l’articulation entre la recherche et la création ;
  • l’intérêt et l’originalité du projet.

L’anonymat de l’évaluation en recherche-création est garanti autant que le permet la publicité des œuvres impliquées dans la démarche.

Responsabilité éditoriale

À noter que les textes publiés par Intermédialités engagent la responsabilité de leurs seuls auteurs. Les documents reçus ne sont pas rendus et leur envoi implique l’accord des auteurs pour leur libre publication (voir la section « Guides et documents »). La publication sur la plateforme Érudit garantit la diffusion, le référencement et la préservation des fichiers numériques selon les standards internationaux.

La revue Intermédialités respecte les droits de propriété intellectuelle d’autrui. Toutes les illustrations reproduites dans la revue sont protégées par des droits d’auteurs. Les éditeurs remercient ceux qui ont autorisé la reproduction des illustrations dont ils détenaient les droits. Malgré nos efforts, il a parfois été impossible de retracer les détenteurs de droits d’auteurs pour des illustrations utilisées dans nos publications. Nous invitons ces détenteurs de droits à contacter la revue et à lui fournir tous les éléments nécessaires à l’établissement de leur prérogative. La revue s’engage à retirer l’œuvre présumée publiée sans autorisation si les détenteurs de droit en font la demande expresse.