habiter (la nuit) / inhabiting (the night)

Numéro 26, automne 2015

Sous la direction de
Luc Gwiazdzinski et Will Straw

Agent d’enchantement ou métaphore d’obscurcissement de la vérité, la nuit alimente et comprend un large éventail de connaissances, de formes esthétiques, de médias et de modes de consommations afférents. Nous pouvons parler, aujourd’hui, d’un champ de recherche émergeant, celui des night studies ou « études de la nuit », champ qui rassemble et croise des travaux d’historiens, d’urbanistes, de spécialistes de la culture visuelle et d’analystes des politiques gouvernementales. Ce numéro d’Intermédialités cherche à tirer les multiples impulsions qui ont donné forme aux night studies vers une plus grande prise en compte de la médialité de la nuit. De surcroît, il s’intéresse à l’éclairage électrique, à l’histoire urbaine, à l’obscurité comme condition et lieu de passage, aux figures de l’excès ainsi qu’aux cycles temporels qui organisent la vie contemporaine.

lire sur érudit